Bonjour! Premiers voyages en Sibérie dès l'été 2018 !

Nous préparons nos premiers voyages pour l’été 2018. C’est le départ ! Aussi nous avons décidé de nous appliquer à ce que l’on connait le mieux, à savoir la Région d'Altaï

.

Notre premier voyage s’appellera « L'Altaï multiculturel ». Pourquoi ? Parce que plusieurs cultures cohabitent dans la région nord de l’Altaï qui a été habitée très tôt, - depuis des millénaires pour les populations natives, et depuis le XVIIIème siècle pour les russes, lorsque Demidov est venu y exploiter des mines de cuivre, d'or et d'argent. Parallèlement, les paysans russes profitaient de l'occasion pour quitter le servage et découvrir une terre fertile et bien ensoleillée. Un nouveau grenier de Russie voyait le jour. N’oublions pas qu’Altaï veut dire « doré » et que c’est à la fois la couleur du blé et celle de l’or !

Presque deux millénaires avant, c’est curieusement dans ces régions que les scythes, nomades guerriers du 6 au 3ème siècles avant J-C, venaient enterrer leurs morts dans des cérémonies qui duraient plusieurs semaines. Les corps momifiés aux tatouages fascinants, enterrés sous un tumulus du nom de Kourgan, étaient recouverts de feuilles d’or ciselé pouvant peser jusqu’à 20 kilos ! Les descendants de ces fiers guerriers, peuples chamaniques de langue « turk », ont conservé des traditions qui ont traversé des millénaires, entre le travail de l’ouate dont on a fait les yourtes, et celui du métal qui a aidé ces peuples à devenir des pionniers, puisqu’ils sont les premiers à être montés à cheval. Enfin, cette zone fait partie de ce grand foyer des langues indo-européennes si l’on en croît ceux qui lient cette diffusion linguistique à la culture kourgane.

Bref, nous sommes ici à un réel carrefour culturel profondément ancré dans l’Histoire et que nous avons décidé de faire partager à nos voyageurs. Comprendre cet enracinement culturel en visitant parallèlement des sites archéologiques et les musées qui permettent de les comprendre. Et puis, aussi, de vivre ce mélange de cultures en invitant leurs héritiers : des musiciens russes, cosaques, altaïens natifs, qui viendront passer quelques moments de convivialité avec nous, jouant, chantant et échangeant avec nos voyageurs. De même avec des descendants de la tradition chamanique, nouveaux chamanes ayant réalisé un travail de synthèse entre tradition locale et influences d’autres régions du monde. A l'occasion d'un repas, on pourra les interroger sur leur conception du monde et, si intéressé, se prêter ensuite au rituel chamanique.

Enfin, comme l’activité du corps ne peut être dissociée de celle de l’esprit, nous avons souhaité que ces grands espaces des montagnes d’Altaï puissent aussi offrir leurs bienfaits pour le corps, que ce soit à l’occasion de randonnées à pied ou à cheval, ou de soins prodigués dans les eaux naturelles des sources de montagne !

Bientôt le détail de nos itinéraires !