L'Altaï Multiculturel

Ce voyage a pour nous un sens particulier parce qu'il porte la signature du créateur de francaisensiberie.com qui l'a conçu comme la mise en espace des "Carnets de Sibérie", le livre qu'il est venu écrire en Altaï en 2012. Cet itinéraire se fera donc en présence de Philippe B. Tristan et d'un interprète, une façon d'avoir une réponse à toutes vos questions, tant de ces petites questions qui permettent de comprendre la mentalité russe, que dans les grandes questions et notamment historiques et culturelles. Ainsi vous pourrez découvrir le potentiel humain, culturel et géographique de la région d'Altaï, passant progressivement du contrefort du massif de l'Altaï au Haut-Altaï. Vous aurez le plaisir de lire ce territoire comme une magnifique page illustrée de l'histoire de l'Humanité !

Nous avons décidé de nommer ce voyage « L'Altaï multiculturel ». Pourquoi ? Parce que plusieurs cultures cohabitent dans la région nord de l’Altaï qui a été peuplée très tôt, depuis des millénaires pour les populations natives, et depuis le XVIIIème siècle pour les russes, lorsque Demidov est venu y exploiter des mines de cuivre, d'or et d'argent. Parallèlement, les paysans russes profitaient de l'occasion pour quitter le servage et découvrir une terre fertile et bien ensoleillée. Un nouveau grenier de Russie voyait le jour. N’oublions pas qu’Altaï veut dire « doré » - couleur du blé et couleur de l’or !

Il y a presque trois mille ans, c’est précisément dans ces régions que les Scythes, nomades guerriers du 6ème au 3ème siècles avant J-C, venaient enterrer leurs morts dans des cérémonies qui duraient plusieurs semaines. Les corps momifiés aux tatouages fascinants, enterrés sous un tumulus du nom de Kourgan, étaient recouverts de feuilles d’or ciselé pouvant peser jusqu’à 20 kilos ! Les descendants de ces fiers guerriers, peuples chamaniques de langue « turk », ont conservé des traditions qui ont traversé des millénaires et ont laissé de très nombreuses traces ! On trouve en effet ici un nombre considérable de pétroglyphes, des périodes les plus lointaines au premier millénaire de notre ère. Enfin, cette zone fait partie de ce grand foyer d'origine des langues indo-européennes si l’on en croît ceux qui lient cet épicentre linguistique à la culture Afanasievo, se diffusant ensuite avec la culture kourgane. Bref, nous sommes ici à un réel carrefour culturel profondément ancré dans l’Histoire, ce qui faisait dire au peintre, scientifique et explorateur, Nicolas Roerich, que l'Altai est le berceau des peuples et des civilisations.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer l'importance ici d'une culture populaire transmise par le chant, qu'elle soit d'origine altaïenne, cosaque - les gardiens de la Sibérie tsariste - ou paysanne. On trouve ici des artistes, des groupes folkloriques d'une qualité remarquable et qui poursuivent avec fidélité et dynamisme une tradition séculaire. Un foklore très vivant, aux techniques vocales impressionnantes, que vous découvrirez avec joie et enthousiasme dans des moments de partage spécialement créés pour vous !




Les étapes de l'itinéraire


Jour 1 :


Départ conseillé de Paris vers 14 heures, escale à Moscou.


Jour 2 :

Arrivée à Barnaoul à 6h20 (ou 6h55). Après un petit déjeuner au centre-ville, qui nous permettra de découvrir le vieux Barnaoul, nous prenons la Tchouisky Trakt, la route nord de la soie, pour nous rendre à Biisk (2h30). Pendant le déjeuner dans un restaurant de cuisine traditionnelle russe, nous rencontrons Dmitri, archéologue au Musée de Biisk, qui nous accompagnera pour une visite dans la ville et nous fera visiter le musée de la Tchouisky Trakt. En sortant on va flâner sur les bords de la Bia, la rivière qui, se mêlant à la Katoun, formera l’Ob. Notre véhicule reprend la Tchouisky Trakt pour partir vers le sud. On arrive à un hôtel SPA, lieu de vacances et de détente situé au bord de la Bia et on goutera les célèbres eaux minérales produites à proximité avant un repas en terrasse et un repos bien mérité.



Jour 3 :

Matinée détente à la piscine de l’hôtel, avant le départ pour Gorno Altaïsk (2 h). Repas dans un joli restaurant de spécialités russes. L’après-midi, visite guidée du Musée national de Gorno Altaïsk, un des plus spectaculaires musées de Sibérie avec, notamment, la présence de la princesse des glaces (ou d’Oukok) dont le corps momifié aux fabuleux tatouages sera exceptionnellement visible. Le Musée présente aussi une très riche collection de reconstitutions des habitats et des costumes de tous les peuples s’étant succédé en Sibérie. Une façon de comprendre l’ensemble des strates anthropologiques, historiques et culturelles contenues dans le territoire d’Altaï.

Après la visite guidée, nous reprenons la Tchouisky Trakt, pour nous rendre à une base touristique (1h), au bord de la rivière Katoun. Là, nous traversons la passerelle suspendue sur le torrent aux très belles nuances turquoise et partons pour une promenade à la cascade sacrée. Soirée au restaurant et nuitée dans les cabanons.





Jour 4 :

Départ pour rencontrer Victor et Tatiana (20 km), deux chamans de tradition Altaïenne et Touva. Nous nous entretenons avec eux et partageons leur repas constitué des produits locaux et de leur production. Après le repas, initiation au monde chamanique. Ensuite nous allons visiter la cascade à proximité (1h30 AR).

Nous nous rendons ensuite vers le sud en direction des Vallées de Karakol et de la montagne Outch-Enmek (2h15, 160 km) et nous installons dans nos cabanons.




Jour 5 :

Départ pour une exploration de la zone de Outch-Enmek. La vallée porte le nom du massif qui la domine. En langue turk, "uch" signifie « trois » et "enmek" « le sommet ». En effet, la montagne Uch-Enmek a trois sommets, dont le plus élevé atteint une altitude de 2821 m. La vallée Outch-Enmek a été classée « parc naturel régional » en 2001. Elle est un centre sacré d’Altaï, puisqu’elle recèle un grand nombre de traces des cultures Afanasievo et Karakol (entre le 3ème et le 1ème millénaire avant JC), scythes (6 à 3ème siècles avant JC) et Turks (début de notre ère). On y trouve de nombreux kourgans (tumuli sibériens), des stèles, babas (statuettes Turks), ainsi que de nombreux pétroglyphes, gravures et peintures rupestres, - le tout dans un somptueux massif montagneux.

Le soir, à la base, concert d’un Kaï, musicien altaïen au chant de gorge. Il s’accompagne de son khomys (sorte de luth ou saz avec trois cordes)






Jour 6 :

La vallée de Karakol est un autre lieu sacré pour les Altaïens. Tout aussi riche en termes d’archéologie, elle est traversée par la rivière qui lui a donné son nom. Après avoir passé la vallée de Karakol, vous traverserez les Monts de la Terekta pour vous rendre vers l'un des plus beaux lacs de la région – le lac Aru-Kem. C'est un petit lac de taïga, encaissé par les montagnes, avec une surface d'eau douce de teinte bleu argenté. Malgré le fait que le lac se trouve à une altitude d'environ 1500 m, l'eau y est plus chaude que dans les autres plans d'eau de montagne - en été, elle se réchauffe jusqu'à 22 degrés.

En fin d’après-midi, départ pour le camp de yourtes altaïennes de Oust-Kahn (1h45, 110 km).




Jour 7 :

Le matin, départ vers la grotte de Denisova, dans de larges paysages dominés par les aiguilles et leurs neiges éternelles. Repas pris à l’auberge puis visite guidée de cette grotte qui, par l’analyse de l’ADN d’une phalange qui y a été trouvée, a révolutionné la connaissance des origines de l’homme en nous rajoutant un ancêtre : le Denisovien. 20 mètres de fouilles qui ont aussi révélé les changements de climat de 400 000 ans d’histoire. Après la visite de la grotte, randonnée pendant l’après-midi, - cimes et cascades.









On reprend la route pour nous rendre dans une isba russe traditionnelle. Chaleur de la Petchka (poêle traditionnel russe), dégustation d’un repas préparé par Elena avec les produits de son jardin. Le repas sera animé par l’ensemble de chansons folkloriques féminin dirigé par Elena. C’est elle qui, pendant ses études, a réalisé la captation de ces chansons dans les villages alentour. On apprendra les curieuses coutumes des mariages et bien d’autres rituels accompagnant la vie des paysans de la région. Ensuite les voyageurs auront droit à une séance repos dans le Banya de l’isba (sauna russe) avant d’aller se coucher.




Jour 8 :

Après un petit déjeuner fait maison, nous partons pour une exploration vers l’ouest. Une longue piste dans une région proche de la frontière Kazakhe et qui est un véritable havre de paix et de nature primitive. La route est d’une beauté impressionnante et les quelques villages que nous traversons, où paissent des animaux en liberté, chevaux, vaches, cochons, semblent surgis d’un conte de fée. Les paysages sont fascinants, et nous nous dirigeons vers des massifs aux neiges éternelles. Arrêt pour le déjeuner dans une petite ville comportant un ensemble cosaque d’une qualité exceptionnelle. Les enfants apprennent ces chants traditionnels dès leur enfance dans l’école de musique spécialisée dans ce répertoire. Le résultat est d’une impressionnante qualité, mêlant les voix adultes et adolescentes. Nous reprenons la route pour arriver le soir dans le centre de Larissa et Sergueï. Un accueil chaleureux par ce couple ayant la passion de la nature et de leur métier d’hôtes et de guides. Les groupes de touristes se croisent, échangent dans ce village niché au creux de la montagne. On dégustera les ombres, les légumes et les baies du village, ainsi qu’un miel absolument exceptionnel prélevé dans des zones tenues secrètes par les apiculteurs locaux.









Jour 9 :

Journée de randonnée, à pieds ou à cheval, selon le goût des voyageurs. Nous nous élevons peu à peu, nous rapprochant des sommets enneigés tout proches. Ruisseau, mélèzes centenaires, pins, et saillie blanche des bouleaux. Nous arrivons en lisière d'un petit lac d’altitude où Sergueï va nous concocter un repas délicieux préparé sur le feu. Dans le ruisseau à côté on verra les ombres nager en grande quantité. Nature magnifique et plaisir de déjeuner autour d’un feu dans une zone vraiment sise au bout du monde. En redescendant, nous visiterons une zone de kourganes particulièrement intéressante, les kourgans des chefs ("tsarins") par son allée de stèles qui conduisait au tumulus principal. Soirée dégustation au retour, banya, car les corps après la randonnée auront besoin de détente. Nuit aux milliars d'étoiles...







Jour 10 :

Départ à l’aube pour une autre piste aux paysages tout aussi impressionnants. Nous arrivons en début d’après-midi dans un village de cosaques qui viennent nous accueillir dans leurs habits traditionnels au pied de la tour de guet. On nous présente la tradition des départs des cosaques à la guerre devant un petit monument, puis nous montons sur le char qui nous conduira à la maison commune. Ambiance de fête, couleurs, jeux et musiques. Bientôt nous nous mettons à table dans l’isba des cosaques et trinquons avec eux un verre d’hydromel. Repas avec nos hôtes ponctué de chansons accompagnées à l’accordéon. On découvrira les raisons de la présence de ces villages cosaques dans la région et mille et une choses racontées par ces gens chaleureux et hospitaliers. En fin d'après-midi, nous partons nous installer à Belokourikha, dans un magnifique village de vacances, le hameau de la Forêt des Contes.






Jour 11 :

Matinée libre dans le centre de Belokourikha. Promenade dans cette petite ville d’eau très agréable et conçue pour la promenade et la détente. Déjeuner gastronomique dans le restaurant de la Troisième Roue. L’après-midi, remontée vers Barnaoul (3h30). Repas le soir au Café de La fée. Vin du Jura, fondue savoyarde, délicieux desserts enseignés par un maître pâtissier de… Besançon. Accueil chaleureux par la Directrice et son équipe. Un petit aperçu de la France imitée avec respect et un goût certain, - avant de rentrer à Moscou le lendemain.









Jour 12 :

Embarquement à l’aéroport à 7h30 (départ 8h10).